mercredi 14 février 2018

Starman

Souvent, je suis tenté de commenter l'actualité dans ce blog, mais m'en abstiens faute de temps et pour ne pas tomber dans la redite. Une redite très affligée.
Car plus je m'informe (et aussi plus je lis les commentaires d'internautes sur tel ou tel sujet), plus je trouve notre Humanité consternante !

De l'hystérie délatrice de #BalanceTonPorc au procès grotesque de Jawad "le logeur" ; des tweets débiles de Trump à la folie militariste de la Corée du Nord ; des fait-divers sordides à l'ingéniosité humaine au service du mal (virus, braquages, arnaques en tous genres), pour moi le constat est sans appel : nous sommes définitivement une race de connards pathétiques, haineux et vils, lâches et cruels, stupides et vicieux.
Si un dieu existe, sûr qu'il nous a maudits, me disé-je les mauvais jours.
Et si quelque part des extra-terrestres nous observent, quelle piètre image nous devons leur offrir !

Alors dans cet état d'esprit d'un profond pessimisme, lorsqu'une info un peu réjouissante émerge de ce marasme, c'est une vraie bouffée d'oxygène.
Et cette bouffée d'air pur, c'est la récente mise sur orbite de "Starman" par la société SpaceX qui me l'a offerte.



"Rocket Man" : c'est ainsi que Donald Trump a baptisé Kim Jong Un, le leader nord-coréen obsédé par l'arme atomique.
Cette petite trouvaille est peut-être la meilleure chose à porter au crédit du milliardaire à moumoute. Sans doute pas sur le plan diplomatique - ce n'est pas son fort - mais le surnom est tout-de-même amusant.
Du moins, amusant tant qu'on oublie que l'apocalypse est aux mains des deux hommes les plus mal coiffés au monde...

Mais il y a un autre Rocket Man qui m'est nettement plus sympathique : Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX, entre autres.

Moi je l'aime bien Elon Musk.
D'abord parce qu'il a un nom rigolo.
Ensuite parce que c'est quasiment un personnage de roman, de film, ou de comics ; comment ne pas faire le parallèle avec Tony Starck, l'industriel-dandy-milliardaire qui endosse l'armure d'Iron Man ?
Enfin et surtout, parce que sa fortune lui permet de donner corps à ses visions les plus audacieuses et utopiques, rêvant la technologie du futur au service de l'Humanité.



Visionnaire richissime et fantasque, le mec peut se permettre de foutre un cabriolet décapotable en orbite, de baptiser une fusée "Big Fucking Rocket" ou une société "The Boring Company", d'imaginer les sources d'énergie de demain, ou encore la conquête de Mars, disons après-demain.
Ca envoie quand même du rêve, même si je ne suis pas sûr que l'expansion de l'Homme dans le système solaire soit vraiment souhaitable pour le cosmos.

Starman - mannequin en scaphandre spatial - confortablement installé au volant de son coupé sport, flottant dans le vide spatial sur fond terrestre, le tout au son du regretté David Bowie...
Comment ne pas redevenir instantanément un gamin face à une vision aussi saisissante ?

Une vision qui rappelle fortement la séquence d'ouverture du film d'animation Heavy Metal, sorti dans les années 80.
Contrairement au "Don't panic" affiché sur la planche de bord, la référence semble avoir échappé aux journalistes qui ne sont sans doute pas assez geek encore ;)
Mais il y a fort à croire que Musk l'est suffisamment, lui, pour s'être permis ce coûteux et flamboyant clin d'oeil.




Evidemment, Internet regorge de pisse-vinaigre qui - au lieu de se laisser aller au simple émerveillement de l'enfance un instant retrouvée - ne peuvent s'empêcher de critiquer et déverser leur bile, avec toute l'étroitesse d'esprit dont ils sont capables.
Qui de se demander à quoi ça sert. Qui de s'offusquer de l'exploit, en même temps que de la limitation  de vitesse réduite à 80 km/h sur les routes (incroyable comme cette mesure fait enrager les plus cons !)
Qui de souhaiter mettre Anne Hidalgo sur le siège passager, et quelques migrants dans le coffre.
Et autres saillies humoristiques dignes d'un apéro-saucisson au congrès du FN.

Sans parler de la complosphère rendue folle de rage par l'évènement, notamment les adeptes de la Terre plate (dont le nombre connait une recrudescence, parait-il). D'ailleurs, peut on encore parler de "sphère" complotiste ? Ne serait-elle pas plate, elle aussi ?

Ces "haters" n'ont pas tort sur un point, cela dit : mettre sur orbite une voiture "conduite" par un pantin n'a aucune utilité en effet, outre la beauté de la chose.
Il serait nettement plus profitable de les satelliser, eux, ces innombrables crétins qui polluent notre existence de leur fétide promiscuité.

Et pour paraphraser le grand Michel Audiard : "quand on mettra les cons sur orbite, ils ont pas fini de tourner" !

#SatelliseTonCon


***


Le cadeau bonus :

Pour ceux que cela tente, voici plus de 4h de vidéo de Starman en orbite.

Ne vous attendez pas à entendre Space Oddity diffusé par les haut-parleurs de la Tesla, il n'y a pas de son dans cette vidéo. Ce qui est parfaitement logique puisque les ondes sonores ne peuvent pas se propager dans le "vide" spatial.
(C'est pour cela que "dans l'espace on ne vous entend pas crier").
(Et donc une raison supplémentaire pour y déporter tous les cons.)

Donc pour l'ambiance, vidéo à contempler au son d'une playlist Bowie contenant a minima Space Oddity, Starman et Life on Mars.


mercredi 31 janvier 2018

Oh putain !

J'ai failli oublier : meilleurs voeux ! Bonne année, bonne année !

Pfiou, in extremis, 31 janvier !
J'ai frôlé le lynchage massif.

dimanche 24 décembre 2017

Magie de Nouyelle

Nous y voilà, le jour J : ce soir c'est réveillon.
Joie, joie et joie !
Ne boudons pas notre plaisir et, comme chaque année, célébrons ensemble la magie de Nouyelle...

(Merci au blog Ufunk qui s'avère une fois encore une mine d'or iconographique !)

lundi 18 décembre 2017

Cette merde

L'approche des fêtes de Nouyelle, comme chaque année, me tape sur les nerfs et me met dans un état d'esprit "chagrin", comme dirait pudiquement notre Présidantéchrist de la Raie Publique.
Un état propice aux posts colériques et fielleux, ce dont je ne vais pas me priver une fois encore. Et donc cela faisait longtemps que je n'avais pas tapé sur l'une de mes cibles de prédilection : Fessebouc.

jeudi 14 décembre 2017

Quelque chose de Figaro (double hommage posthume)

Retrouvez dans cette compilation-hommage le meilleur de la carrière de Johnny d'Ormesson, de l'Aqueudémie Française.

Contient les tubes : Quelque chose de Figaro, Allumer les vieux, Que je thème, Quoi ma figure, et bien d'autres...

Une super idée cadeau pour les fêtes !



(Une production Opportunist Records)

vendredi 24 novembre 2017

Friday, bloody Friday

Les anglais disent, pour signifier leur plaisir à l'approche du week-end : Thanks God, it's Friday.
TGIF (prononcer : ti dji ail ef).
Mais en ce jour j'aurais envie de dire : Thanx Satan, it's Black Friday !

mardi 24 octobre 2017

Aujourd'hui : rien branlé

"Aujourd'hui, rien branlé".
D'aucuns diraient que cette profession de foi pourrait décrire mon quotidien. Ta gueule,  d'aucuns ! C'est le quotidien de Paul que désigne ce leitmotiv, et non le mien.