lundi 16 janvier 2017

Du progrès en 10 gressions - 4ème partie

Reprise de mes 10 gressions consacrées au progrès vu à travers le prisme de l'actualité.
Cette série entamée en décembre dernier se voulait un peu mon calendrier de l'avent. Nous sommes à la mi-janvier, du coup ça devient mon "calendrier de l'après" ; on a bien ouvert ses petites po-portes patiemment en attendant Nouyel, maintenant on fait l'inverse : on referme les petites po-portes.


- VII -


L'autre jour, j'ai vu un truc édifiant à la télé.
Nous étions attablés - ma Mie, les princesses-maîtresses et moi - et comme une petite famille modèle nous dînions devant la télévision.

C'est toujours compliqué de trouver un programme qui satisfasse tout le monde, alors en désespoir de cause on se rabat sur E=M6, l'émission familiale par excellence. De la vulgarisation scientifique tellement vulgarisée qu'on se prendrait pour un Prix Nobel de physique théorique ; mais au moins il est question de science, ce qui est toujours mieux que le spectacle affligeant d'un abruti de la télé-réalité tentant de faire une phrase.

Mac Lesggy m'agace un peu avec ses airs de Professeur Nimbus, ses costumes surannés et ses montures de lunettes cristallines qui  provoquent chez moi un vague écœurement.
Malgré tout, je préfère nettement ce chantre des dentifrices testés en laboratoires à certains crétins du PAF précédemment évoqués.

Mac Lesggy - donc - nous entretient de nouvelles technologies,  et notamment d'impression 3D, avec la même condescendance que Jacques Martin quand il s'adressait aux morveux au temps honni de l'Ecole des Faons.
Après s'être fait tirer le portrait tridimensionnel au laser dans un cube de verre, après avoir reçu une statuette en plastique à son effigie presque aussi moche que l'original - bref après avoir fait mumuse avec des technologies quasi ringardes aux yeux de tout lecteur de blog hi-tech - notre Monsieur Sciences en vient à parler d'un truc un peu plus intéressant : l'impression de tissus vivants !



Là, je l'avoue, j'ai été assez bluffé. On est maintenant capable d'imprimer de la peau - de la vraie peau, vivante, que l'on peut greffer. Les cultures cellulaires sont conditionnées sous forme de consommables comme de vulgaires cartouches d'encre. Sous peu nous saurons imprimer des parties entières du corps humain, voire même des organes vitaux !
C'est fou d'imaginer que l'on pourra ainsi reconstruire le visage d'un défiguré, redonner ses membres à un amputé, remplacer un coeur ou un foie défectueux. Formidable non ?

On pourra peut-être même imprimer un être humain entier ! Laissez de côté les principes éthiques vieux jeu, et imaginez les possibilités...
Petit frère est tombé du 4ème étage et s'est empalé sur un vélo ? Qu'à cela ne tienne, on en imprime un autre.
Pépé en est à son 13ème infarctus ? Hop, on lui imprime un palpitant tout neuf, qu'on peut même customiser comme chez Vistaprint, avec un message "pour le meilleur des papys" en lettres veineuses.

Merveille du transhumanisme !
Imaginez que cette technologie se démocratise, et que les foyers s'équipent demain de ces bio-imprimantes, comme hier de banales imprimantes papier. On achèterait ses cartouches de bio-encre chez Leclerc, au rayon "bureautique et surgelés".

Forcément, des petits malins iconoclastes - moi le premier - s'amuseraient à en détourner quelque peu l'utilisation de façon crétine : imprimer des trucs improbables, des posters de chair, des bibelots vivants, des créatures hybrides, non viables, incomplètes, comme dans un film de Cronenberg.
Mais aussi bien sûr des trucs sexuels, des organes génitaux dont on téléchargerait les "patterns" sur des sites porno.



Bien sûr on rencontrerait parfois quelques petits problèmes techniques...



Cette nouvelle technologie serait un prétexte à se faire des petites blagues savoureuses...



Les plus narcissiques pourraient se cloner.
On pourrait imprimer autant d'êtres que nécessaire : des ouvriers pour les usines, de la chair à canon pour l'Armée, des esclaves, des majorettes. Pourquoi pas des majorettes ?

Une telle technologie pourrait aussi solutionner bien des problèmes mondiaux tels que les pénuries alimentaires...



J'espère vous avoir convaincus avec ces quelques exemples des bienfaits d'une telle technologie.
Je le suis moi-même pleinement et je n'ai qu'une hâte : qu'elle soit au point et accessible dans les meilleurs délais, afin que je puisse m'imprimer un nouveau foie avant qu'il ne soit trop tard !



- VIII -


Vu sur internet, parmi une foule de petites informations d'importance secondaire, ce titre qui m'a bien fait rire :
La machine à café diffusait des images pédopornographiques !
Ma première réaction fut de me demander comment une machine à café pouvait diffuser des images avant de comprendre qu'il ne s'agissait pas de la cafetière qu'on a tous à la maison, mais d'un distributeur muni d'un écran, comme on en trouve dans les gares ou sur les aires d'autoroute.

Ma 2ème réaction fut de me marrer en me figurant la tête des employés de la société où était installée la machine en question, tandis que leur pause café prenait cette tournure imprévue.
La tronche horrifiée de Gisèle, la standardiste tout juste revenue de congé maternité ; le rire un peu forcé et graveleux de Pierre-Alain, le commercial, qui prend prétexte de montrer le truc à tout le monde pour s'en mettre plein les mirettes ; Régis le stagiaire qui pense que "bukkake" doit être une de ces variétés bizarres de café comme le macchiato ou le capucino...



Ma 3ème réaction consista à me morigéner et à éprouver une honte sincère pour m'être laissé allé à rire avec une telle légèreté d'un sujet aussi grave.
C'est vrai, le café c'est sacré, faut pas déconner avec ça !

En tout cas, cette anecdote présente un double intérêt.

Primo, elle prouve de façon indiscutable que le café, c'est pas bon pour les enfants.

Secundo, elle est une illustration typique des dérives du progrès.
Les écrans ont tellement envahi notre quotidien que même l'électro-ménager devient une sorte de terminal informatique. Notez que je ne m'en plains nullement et n'adopte pas ce ton geignard des technophobes adeptes du retour au tout naturel : en tant que geek et amoureux invétéré du pixel, plus il y a d'écrans autour de moi, plus je suis heureux.
Mais évidemment, il n'est sans doute pas très difficile de hacker un tel dispositif avec un minimum de connaissances informatiques.

Qu'est-ce qui s'est passé dans l'histoire ? Sans doute une mauvaise blague, ou peut-être une petite vengeance d'un employé ?

Le problème n'est pas le progrès technologique, le problème c'est ce que l'Homme en fait, comment il en exploite les failles à des fins souvent misérables. Parce qu'il est comme ça, l'Homme, il peut pas s'en empêcher, dans les noirs tréfonds de son âme, c'est un connard toujours prêt à nuire à son prochain, à s'enrichir à ses dépends ou simplement à jouir du mal qu'il commet.

Hacker un distributeur de café avec des images trash, c'est marrant. Ca l'est nettement moins quand toute la base de données médicale des patients d'un hôpital est piratée, prise en otage par des hackers sans scrupules en échange d'une rançon. A fortiori quand ceux-ci ne daignent pas restituer les précieuses données, une fois la rançon payée, comme j'ai pu le lire il n'y a pas si longtemps.

Pas prêt de croire en la bonté humaine, c'est moi qui vous le dis.
Tiens ça me dégoûte, je préfère aller prendre un café !




lundi 9 janvier 2017

Au fait, mes voeux

Bon ben voilà, les fêtes sont passées (oh non !), Nouyel est terminé (OH NOOON !!!), on a pris sa caisse réglementaire histoire de finir l'année bourré et d'en commencer une nouvelle bourré aussi...
On a eu droit à sa petite gastro aussi - épidémie oblige - et bien joué à Jackson Pollock dans les toilettes.
Bref 2017 est là, bel et bien là, et avec tout ça j'ai oublié de vous présenter mes vieux.

Alors comme je n'ai pas de riche idée pour une de ces cartes de vieux dont j'ai le secret, je me contenterai de vous refourguer cette image glanée sur Ufunk, qui m'a bien fait rire (notamment la 2ème case, qui a priori fera surtout marrer les graphistes).

Meilleurs vieux, donc.


mercredi 28 décembre 2016

J'espère que c'était George

La délicieuse période des fêtes de fin d'année s'accompagne souvent d'une rubrique nécrologique fournie comme une hotte de Père Nouyel. On se souviendra de l'hécatombe de l'année dernière qui nous ravissait entre autres Lemmy et l'immense David Bowie.
Bon, cette année nous perdons George Michael, ce qui me traumatise un tantinet moins. Mais j'avoue apprendre avec une certaine tristesse le décès de Carrie Fischer, la célèbre Princesse Leia de Star Wars.

samedi 24 décembre 2016

Un jour comme les autres

Ca y est, effervescence, c'est Noyelle aujourd'hui. Hosanna, jingle balls, et toutes ces sortes de choses.
Et moi qui n'ai même pas fini mes 10 Gressions, que j'avais dit que c'était un peu mon calendrier de l'avent. Ben tant pis.
A la place je vais vous montrer mon Jésus, tiens.
Non ?
Bon d'accord.

En tout cas, moi j'ai du bol, j'échappe à la corvée ce soir : pas de farfadets hystériques dans les pattes, ni de vieille tante qui va me demander pourquoi je suis toujours pas marié, quand même, à mon âge.
Pour moi c'est vraiment la perspective d'un réveillon réussi. Surtout si comme chaque année je finis Nouhel tout bourré !

Allez, jouyeux Nouyel à tous. Santa akbar !

L'Exorciste III : Réveillon d'Enfer !

dimanche 18 décembre 2016

Du progrès en 10 gressions - 3ème partie

Je vous ai laissé quelques jours de répit avant de publier ces 2 nouvelles "gressions".
Mais attention, que les âmes sensibles soient prévenues (et que les mineurs se détournent immédiatement) car on peut dire qu'une porte de l'Enfer s' y verra littéralement ouverte... grande ouverte.

Que l'on me pardonne.
L'esprit de Noël, plus que jamais...

mercredi 14 décembre 2016

Du progrès en 10 gressions - 2ème partie

Comme promis hier, voici deux nouvelles "gressions" pour vous, mes chers (et innombrables) folohoueurs.
Ah c'est vraiment Noël !

lundi 12 décembre 2016

Du progrès en 10 gressions - 1ère partie

Pour conclure cette année 2016 qui fut si particulièrement reluisante pour le genre humain, il est temps pour moi de reprendre la plume, de copieusement la tremper dans la bile qui me sert d'encre (l'approche des fêtes de fin d'année me déclenche toujours ça), et de vous dire une fois de plus le bien que je pense de... tout ça.
Tout ça, c'est-à-dire pêle-mêle la situation actuelle, la notion de progrès (progrès technologique versus progrès humain) et les petits coups d'humeur que ça me provoque.

Je le ferai en dix "gressions"...
Voyez cela comme une sorte de calendrier de l'Avent, façon Décharge.